Les monuments funéraires

Relevant également de la sculpture, les nombreuses pierres tumulaires - épitaphes et mémoriaux - disséminées dans toute la collégiale témoignent-elles aussi de l'excellence des " ymagiers " montois.

Les stèles
Parmi ceux-ci, seul a pu être identifié Guillaume le Cat, auteur du " taulet " de Lancelot de Bertaimont, mort en 1418, où ce dernier, présenté par sainte Catherine, est figuré en armure, agenouillé et mains jointes, devant une Vierge à l'Enfant. Les autres stèles funéraires de la troisième chapelle du collatéral nord datent, elles aussi, de la première moitié du XVe siècle et prouvent l'existence d'une école montoise de tailleurs de pierre. La Trinité, représentée par Dieu le Père tenant la croix du Fils et lui insufflant son Esprit, figure, identique, dans les Mémoriaux des époux Peissant de la Rocques et des époux de Bruxelles-Nockarde. Dans le premier, sont également présents, outre les défunts et leur fils, saint Jean et saint Nicolas ; dans le second, ce sont saintes Barbe et Agnès qui recommandent les défunts. Le "taulet" des Dronghelen, dans cette même chapelle, représente, parrainées par leurs saints patrons, Alix et Henriette Dronghelen, chanoinesses de Sainte-Waudru, en prière devant la Vierge à l'Enfant.

 

Parmi les autres pierres sculptées, il convient de citer, en raison de ses qualités propres et parce que sainte Waudru y est figurée, entre saint Christophe et saint François, le Mémorial de Christophe Noël (décédé en 1560) et de Françoise Corbault, situé au pied du bas-côté sud. Cette stèle, si elle s'inscrit à la suite des formules traditionnellement adoptées à Mons pour ce type de monument, présente des motifs décoratifs renaissants, tels des cuirs et des cartouches chantournés, qui la distinguent de la production locale antérieure.

 

Les pierres tombales
Signalons parmi d'autres le couvercle du Sarcophage d'Alix de Namur, épouse de Baudouin IV de Hainaut, décédée en 1169, qui rappelle que Sainte-Waudru servit d'église funéraire aux comtes de Hainaut.

(Michel De Reymaeker - 1992)

Retour à l'accueil