Les vitraux

Il est communément admis que les vitraux relèvent du mobilier, bien qu'ils soient immeubles par destination. Ceux de la collégiale, quel que soit leur style, interfèrent tous sur l'architecture, l'animent de leurs éclats multicolores et changeants et qualifient le volume intérieur de l'édifice, mais ceux du transept et des fenêtres hautes du chœur sont, en outre, appréciés pour leur valeur esthétique et historique. Ils illustrent principalement le cycle de la Vierge, de l'Annonciation à l'Assomption, et leurs illustres commanditaires, figurés avec leur blason - Marie de Bourgogne, Maximilien 1er et autres Philippele Beau - ; ils datent presque tous de la première moitié du XVIe siècle et sont dus à la famille montoise des Eve et à Nicolas Rombauts, peintre-verrier au service de Charles Quint.

(Michel De Reymaeker - 1992)

 

 

Retour à l'accueil