Un mot d'histoire

Pourquoi "Collégiale Sainte-Waudru" ?
Sainte Waudru et ses FillesLa collégiale est dédiée au culte de sainte Waudru, en l'honneur de cette femme qui vécut au 7e siècle, et fonda au lieu dit Castrilocus un petit monastère qui passe aux yeux des montois pour être à l'origine de la ville.

Cette église est dite "collégiale" car sa construction relève de la volonté d'un collège de chanoinesses, dames nobles qui vivaient selon une règle (canon) bien précise.
Cette institution s'est développée à Mons dans le courant du 10e-11e siècle et a connu son apogée à partir du 15e siècle.
A cette époque les chanoinesses souhaitaient avoir un bâtiment qui soit à la mesure de leur richesse et de leur puissance : le chapitre possédait en effet des terres et des maisons à Mons et dans ses alentours.

 

Un long chantier
L'actuelle collégiale du 15e siècle a succédé à d'autres églises qui ont occupé ce lieu depuis le 7e siècle, époque de la fondation du premier ermitage par sainte Waudru.
Elle a été construite à partir de 1450, suivant les plans d'architectes de Mons de Louvain. Sa construction a duré 139 ans ! Pendant tout ce temps, les maîtres d'oeuvre et les architectes successifs ont suivi le plan et la décoration du 15e siècle sans chercher à y introduire leur note personnelle ou à l'adapter au goût du jour, ce qui procure à l'église une formidable unité.

La tour
Panorama de Mons avec la tour (non construite)  - Dessin de L.Dolez  c. 1880La tour unique - située à l'avant de l'édifice - devait avoir 190m de haut. Elle fut commencée en 1548 et jamais terminée. Les travaux ont été maintes fois interrompus jusqu'en 1687 date à laquelle ils ont été définitivement arrêtés à hauteur du toit. C'est pourquoi ont dit à Mons depuis le 16e siècle de quelque chose qui ne se termine jamais, " C'est la tour de Sainte-Waudru, on n'en verra pas le bout ! ".

Une histoire mouvementée
Au moment de la Révolution française, le riche chapitre des chanoinesses dût fuir la ville en abandonnant tous ses biens aux révolutionnaires. La collégiale fut privée de sa décoration et transformée entre autre en écurie. Elle fut sauvée de justesse de la démolition.Le bâtiment sera réhabilité en 1803 au moment de la restauration du culte par Napoléon, non plus comme paroisse personnelle mais comme paroisse principale de la ville de Mons.
Ainsi, aujourd'hui, Sainte-Waudru est devenue la paroisse en chef de la ville de Mons, à la place de l'ancienne paroisse de Saint-Germain, autrefois à ses côtés qui, elle, fut totalement détruite suite à la Révolution Française (1799).

Pour en savoir plus sur l'histoire complète de la collégiale et du chapitre...

 

Retour à l'accueil